Présentation de l’hôpital

Présentation de l’hôpital

Sommaire

Politique qualité et sécurité du patient à l’hôpital Robert-Debré

Une politique qualité et sécurité des patients a été mise en place dès l’ouverture de l’hôpital, ce qui a permis de développer une véritable culture qualité pilotée par la direction et la Commission médicale d’établissement locale (CMEL).

Cette politique répond aux programmes nationaux de santé publique et intègre les obligations réglementaires en matière de qualité et sécurité de prise en charge des patients, de vigilances, de gestion des risques techniques, environnementaux et de prévention des risques professionnels.

Prenant en compte les attentes et la satisfaction des usagers, elle aborde en toute transparence les enjeux de qualité de l’accueil, de sécurité des soins, de bientraitance. Elle porte une attention toute particulière à la mise en œuvre de programmes d’amélioration, d’actions de prévention et de traitement des événements indésirables (risque d’infections nosocomiales ou d’erreurs d’utilisation du médicament) ainsi qu’au développement professionnel continu (DPC).

Pour satisfaire à ces exigences de qualité et aux attentes des patients, le plan stratégique 2010-2014 a défini une politique qualité et sécurité des patients de l’hôpital Robert-Debré qui s’articule autour de 6 grands axes prioritaires.

Organiser le management et la coordination de la qualité, gestion des risques et des relations avec les usagers, lisible et pérenne

Sous cet axe se placent différents projets comme s’appuyer sur des organisations pérennes qui assurent la coordination efficace entre qualité, gestion des risques et relation avec les usagers tout en renforçant les compétences (tout spécialement en gestion de risques) et leur médicalisation.

La lisibilité et l’ouverture vers le grand public se traduisent, au-delà des obligations de publication des indicateurs, par une politique active en matière de communication sur ces sujets, et sous des formes variées (semaine de sécurité du patient, site internet…).

L’ambition est de construire un climat de confiance et des organisations propices au développement de l’analyse collective des « évènements indésirables » pour faciliter le signalement, l’analyse et la prévention des incidents et des erreurs, sans recherche de culpabilité d’un individu ou d’une équipe, mais sans déresponsabiliser les acteurs. Cette approche relève d’un double engagement de l’hôpital et des équipes. Par ailleurs, la politique active de promotion de la transparence vis-à-vis des patients et de leurs proches en cas d’événement indésirable grave se poursuit pour décliner de façon opérationnelle l’écoute et le soutien des équipes ainsi que des patients et de leurs proches lors de telles situations. Les patients ou leur famille, et, dans certains cas, des associations de patients ou familles concernées contribuent à l’analyse de ces situations sous forme d’entretiens et de contributions aux recueils de données.

Promouvoir des soins à l’efficacité démontrée, réalisés avec efficience et sécurité

L’enjeu est de valoriser les dimensions qualité gestion des risques et relations avec les usagers, dans tous les projets médicaux et de soins. Il s’agit d’évaluer leur valeur ajoutée et d’en organiser un suivi régulier par des mesures d’impact, des éléments de mesure spécifiques incluant les indicateurs nationaux déjà répertoriés.

Le fort développement des évaluations des pratiques professionnelles (EPP) concourent à l’amélioration permanente des soins et des traitements. Ainsi l’ensemble des professionnels médicaux, soignants et médico-techniques de l’établissement évalue leurs pratiques. Cette évaluation porte sur la qualité des actes mais aussi sur leur pertinence, c’est-à-dire l’adéquation aux besoins des patients (hospitalisation, actes invasifs, prescriptions…) et la gestion des risques dans les services cliniques.

Les services à risques (chirurgies, anesthésie, obstétriques, réanimation) développent des revues de morbidité et de mortalité pour analyser et lutter contre les événements indésirables graves liés aux soins.

Les plans d’urgence, les organisations de crise sont présents dans l’hôpital. Il existe des liens fonctionnels et organisationnels étroits dans la gestion des risques ordinaires et des risques exceptionnels de façon à se mobiliser au juste niveau pour répondre aux besoins de la population.

Optimiser l’accueil, l’information et les relations avec les patients

L’information des patients et de leurs proches, conditionne l’implication du malade dans la prise en charge de sa maladie. L’amélioration de cette information, très nette ces dernières années comme le confirment les enquêtes de satisfaction et les audits du dossier patient, doit progresser. L’hôpital s’engage à perfectionner ses procédures d’écoute et d’information des usagers et de leurs représentants.

La place institutionnelle de l’usager dans l’hôpital est renforcée en particulier par le biais des Commissions des relations avec des usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) et la construction d’articulations et de liens étroits avec la direction qualité et les gestionnaires de risques, pour favoriser le dialogue avec un usager/patient de l’hôpital mieux informé.

Le déploiement du projet « marQue AP » a permis l’élaboration d’un référentiel de bonnes pratiques dans le domaine de l’accueil et de l’hôtellerie qui se concrétise par des actions d’amélioration régulièrement audités sur l’hôpital.

Renforcer la sécurité des personnes et des biens et la sureté de fonctionnement des installations et des prestations au service des soins

La sureté de fonctionnement des installations et des prestations au service du soin s’impose à l’hôpital. Cet impératif ainsi que l’évolution des techniques et matériaux nécessitent d’identifier les nouveaux métiers en rapport avec l’amélioration des fonctions techniques et logistiques au service du soin. L’hôpital s’engage à organiser et suivre la maintenance préventive pour les dispositifs et équipements soumis à obligation mais aussi pour les dispositifs et équipements médicaux non soumis à obligation de maintenance, mais de criticité élevée pour les patients et les utilisateurs.

Développer la qualité et le bien être au travail

L’hôpital a répondu à l’obligation concernant le document unique (répertoire des risques professionnels sur l’hôpital), il s’agit maintenant d’en tirer un plan de prévention des risques professionnels et d’en assurer le suivi. Ces plans de prévention prévoiront l’intégration de la démarche de prévention du risque professionnel dans la démarche de gestion globale des risques à l’hôpital et la professionnalisation des équipes de prévention et santé au travail.

L’hôpital porte ses efforts en particulier sur la prévention des risques psychosociaux, musculaires ainsi que sur la prévention du risque chimique.

L’hôpital s’engage aussi à développer les facteurs d’attractivité au travail tels que le développement des métiers et des compétences, la formation professionnelle et l’encouragement. Dans ce sens, l’hôpital assure un suivi de l’absentéisme, indicateur clé de la qualité et du bien-être au travail.

Piloter les certifications et les accréditations

Diverses actions plus spécifiques concernent les obligations légales de répondre à des programmes de certification ou d’accréditation par des organismes extérieurs. Ainsi l’hôpital est impliqué dans :

  • La certification version 3 de la Haute Autorité de santé qui fait suite aux accréditations version 1 et 2 et se déroulera sur 2012 et 2013.
  • Les certifications à la norme ISO 9001-2000 du service biomédical et téléphonie et la stérilisation centrale.
  • La certification par la norme ISO 15189 des laboratoires médicaux.
  • L’accréditation JACIE (office européen d’accréditation des centres de greffe de cellules souches hématopoïétiques) pour le service d’hématologie pour la greffe de moelle.
  • La certification sur le référentiel EFI pour le laboratoire d’immunologie.
  • La labellisation de 6 centres nationaux de référence maladies rares par le Ministère de la santé en 2004 et 2005. Elles ont tous été renouvelés en 2010.

Contact Direction du service aux patients, qualité et sécurité des soins :
Téléphone : 01 40 03 53 65
Fax : 01 40 03 47 77

Liens utiles

Ministère de la santé – Dossier Infections nosocomiales

PLATeforme d’INformations sur les Établissements de Santé (Ministère de la santé – HAS)

Indicateurs de performance (HAS)

Certification de l’hôpital Robert-Debré