Les urgences pédiatriques

Les urgences pédiatriques

Le service d’accueil des urgences de l’hôpital Robert-Debré est le plus important service d’urgences pédiatriques de France (71 000 passages).

L'accès aux urgences pédiatriques

Vous pouvez accéder aux urgences pédiatriques :

  • Par l’entrée principale, 48 boulevard Sérurier : suivre la galerie (niveau 0 ou rez-de-chaussée) jusqu’au point jaune puis prendre l’ascenseur jusqu’à l’étage -3.
  • Par l’entrée des urgences, 3 avenue de la porte du Pré-Saint-Gervais, située en face de la gare du tramway T2 : suivre la rampe montante d’accès voitures.
  • Par le parking (payant) : prendre l’ascenseur du point jaune ou du point bleu jusqu’à l’étage -3 et suivre les flèches vers les urgences pédiatriques.

Consulter le plan d’accès

Attention : l’hôpital comporte aussi des urgences maternité et gynécologiques situées au point rouge, niveau +1 dont l’accès se fait uniquement par le 48 boulevard Sérurier.

L'accueil aux urgences pédiatriques

Après son inscription administrative (munissez-vous d’une pièce d’identité, de votre carte vitale et d’un justificatif de domicile), votre enfant sera examiné par une infirmière d’accueil et d’orientation (IAO) dans un box de triage.

  • Elle vous posera des questions sur l’état de votre enfant, ses antécédents.
  • Elle prendra les constantes vitales de votre enfant : pesée et prise de la température, et si nécessaire mesure de la fréquence cardiaque et de la saturation pulsée en oxygène, mesure de la fréquence respiratoire et échelle d’évaluation de la douleur (EVA), dosage capillaire de la glycémie ou du taux d’hémoglobine.

C’est elle qui déterminera les caractères de priorité de sa prise en charge : urgence vitale, prioritaire, semi-prioritaire ou non prioritaire.

En fonction du motif de votre consultation, elle orientera votre enfant :

  • soit en médecine et il sera examiné par un pédiatre ou un interne de médecine,
  • soit en chirurgie et il sera examiné par un médecin ou un interne de chirurgie,
  • soit vers la consultation libérale et il sera examiné par un médecin généraliste.

L'attente, pourquoi ?

Si votre enfant présente une urgence vitale, il sera vu immédiatement par une équipe médicale et paramédicale dans la salle d’accueil des urgences vitales.

Si votre enfant présente une urgence prioritaire ou semi-prioritaire, il sera vu dès que possible par un médecin ou par un interne.

En revanche, si votre enfant relève d’une simple consultation, il sera vu dans l’ordre d’arrivée par un médecin ou par un interne dans les locaux de « consultations simples », et en soirée et les week-ends par un médecin généraliste libéral dans les locaux de la consultation de médecine situés point bleu, au niveau -1.

Le service d’accueil des urgences pédiatriques (SAU) a également pour mission de former les étudiants hospitaliers. Il est donc possible que votre enfant soit d’abord vu par un étudiant, puis ensuite par un interne ou par un médecin senior qui concluront le dossier de votre enfant.

Tout a été fait au niveau des urgences pour que vous attendiez le moins possible : normalement environ 80 % des enfants retournent à domicile en moins de quatre heures.

  • Mais en soirée, la nuit et les week-ends, le nombre de médecins et d’internes est moindre du fait des contraintes budgétaires.
  • Lors des épidémies hivernales ou des belles journées estivales, le nombre de consultants peut doubler soit en médecine soit en chirurgie et les temps d’attente peuvent s’allonger. Réfléchissez bien au fait qu’une consultation injustifiée dans un service d’urgences pour votre enfant peut entraîner des retards de prise en charge des enfants qui nécessitent une prise en charge réellement urgente.
  • Enfin, si des examens radiologiques ou biologiques sont demandés, sachez qu’un délai de 2 à 3 heures au moins est nécessaire pour attendre les résultats et permettre au médecin ou à l’interne de conclure le dossier de votre enfant.

Le devenir de votre enfant après son passage aux urgences

À l’issue d’un interrogatoire détaillé, d’un examen clinique soigneux de votre enfant, et des résultats des examens complémentaires éventuels, le médecin ou l’interne peuvent décider :

  • D’un retour à domicile de votre enfant (90 % des cas) avec une prescription des médicaments jugés nécessaires, parfois suivie d’une convocation aux urgences 24 ou 48 heures plus tard afin de s’assurer de l’amélioration ou de la guérison de la maladie.
  • D’une hospitalisation de courte durée (UHCD < 24 h). Votre enfant sera revu par un médecin généralement le lendemain matin, et il retournera à domicile dans la plupart des cas. Dans 40 % des cas, il sera hospitalisé dans un service de l’hôpital.
  • D’une hospitalisation conventionnelle (> 24 h) d’emblée ou après passage à l’UHCD, en chirurgie (orthopédique, viscérale, ORL), en pédiatrie générale ou spécialisée (cardiologie, endocrinologie, gastro-entérologie, hématologie néphrologie, neurologie/maladies métaboliques, psychiatrie).
  • D’une hospitalisation dans un service de réanimation pédiatrique ou de surveillance continue où il sera pris en charge par une équipe spécifique.
  • D’un transfert dans un autre hôpital (< 1 %), soit du fait d’un manque de la spécialité (neurochirurgie, service de brûlés, etc.), soit du fait d’un manque de place notamment pendant les épidémies hivernales.

Urgent, pas urgent ?

Une consultation injustifiée dans un service d’urgences peut entraîner un retard de prise en charge des enfants qui nécessitent des soins réellement urgents.

[box type= »alert » style= »rounded » border= »full » icon= »none »]Aidez-nous à rester efficaces !
Consulter d’abord votre médecin traitant ou votre pédiatre.[/box]

En l’absence de votre médecin, votre enfant peut être examiné par un médecin exerçant dans une maison médicale de garde, ou un réseau de médecins généralistes comme SOS médecins ou les Urgences Médicales de Paris.

Vous ne devez consulter aux urgences pédiatriques que si l’état de votre enfant vous paraît inquiétant (une fièvre bien tolérée n’est par exemple pas un symptôme inquiétant).

Voici quelques signes qui doivent vous alerter. Si votre enfant :

  • a de la fièvre et a moins de 3 mois,
  • a de la fièvre et est mal coloré, marbré, avec des extrémités froides,
  • a de la fièvre et présente des tâches violettes sur la peau qui ne s’effacent pas lorsque vous appuyez dessus avec votre doigt,
  • refuse de sourire et de jouer, a le regard dans le vide, est somnolent, « tout mou », prostré,
  • est irritable, inconsolable dans vos bras, et vous ne trouvez pas la cause de ses pleurs,
  • respire plus vite que d’habitude, sa respiration est sifflante, il gémit à chaque respiration, a les lèvres bleues, l’espace entre ses côtes se creuse,
  • présente des secousses involontaires, a les yeux révulsés et/ou a perdu connaissance,
  • vomit de façon répétée, a une diarrhée profuse, sa bouche et ses lèvres sont sèches et craquelées, il a les yeux cernés et creux,
  • vomit vert (bile), rouge (sang) ou noir (sang digéré),
  • présente une brulure étendue ou du visage, des doigts ou des orteils,
  • est tombé sur la tête et a perdu connaissance, est ralenti et endormi, désorienté, a des propos incohérents, a vomi à plusieurs reprises après le choc,
  • présente une douleur aux testicules,
  • refuse de marcher et pleure…