Zéro alcool pendant la grossesse

Zéro alcool pendant la grossesse

2 à 3% des grossesses en France sont exposées à des quantités significatives d’alcool. Une telle exposition pendant la grossesse peut entraîner des troubles neuro-développementaux sévères chez l’enfant.

Face à cet enjeu de santé publique majeur, l’Hôpital Universitaire Robert-Debré développe depuis plusieurs années une offre de soins dédiée à l’alcoolisation fœtale, unique en Métropole, avec des actions de sensibilisation, de prévention et d’accompagnement pendant la grossesse pour les populations à risque, allant jusqu’au diagnostic et à la prise en charge de enfants malades.

 

Qu’est-ce que le syndrome d’alcoolisation fœtale ?
0,5 à 1% des enfants sont concernés par des troubles neuro-développementaux causés par l’alcoolisation fœtale. Parmi eux, 1 à 2 sur 10 présentent un ensemble de signes physiques spécifiques  définissant le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF).

SAF et autres troubles causés par l’alcoolisation fœtale sont une cause très fréquente de difficultés d’acquisition, d’apprentissage et de comportement, la première cause non génétique. L’alcoolisation fœtale présente ainsi une morbidité comparable à la prématurité mais reste nettement moins bien prise en charge.

 

Quelle offre de soins à Robert-Debré ?
En lien avec les équipes de l’ELSAl’enjeu est avant tout de poursuivre les actions de sensibilisation et les accompagnements ciblés afin de réduire la cause même du syndrome, c’est à dire l’exposition à l’alcool pendant la grossesse. Pour les grossesse déjà exposées, les professionnels doivent pouvoir intervenir afin de stopper ou limiter cette exposition et ainsi réduire les risques.

Après la naissance, lorsque l’enfant présente des troubles neuro-développementaux, bien identifier l’alcoolisation fœtale en tant que cause permet de faciliter les diagnostics et la prise en charge. L‘équipe de Robert-Debré développe ainsi depuis 3 ans son expertise de diagnostic et ses consultations de prise en charge dédiées.

Aujourd’hui, ce sont près de 200 enfants qui sont reçus et suivis chaque année, en lien avec l’association de familles Vivre avec le SAF.