22 juin 2021 – Journée de réflexion sur le don d’organes

22 juin 2021 – Journée de réflexion sur le don d’organes

Zoom sur l’équipe de coordination de prélèvements d’organes de l’hôpital Robert-Debré

Comment est composée l’équipe de coordination ?

Notre équipe est composée de 5 infirmières : 2 Infirmières Anesthésistes, 1 Infirmière de Bloc Opératoire et 2 Infirmières de Réanimation. Nous sommes  donc une équipe pluridisciplinaire et complémentaire ! Nous pouvons soit avoir du temps dédié avec des astreintes soit uniquement des astreintes. Nous travaillons en lien étroit avec l’Agence de la biomédecine, à la fois via la formation, et par le soutien d’un binôme composée d’un médecin et d’un cadre infirmier. Et, enfin, notre particularité nous sommes la seule coordination exclusivement pédiatrique de France !

Quelle est votre activité, en quoi consiste-t-elle concrètement ? 

Notre activité est encadrée par « L’arrêté du 29 juillet 2015 portant homologation des règles de bonnes pratiques relatives au prélèvement d’organes à finalité thérapeutique sur personne décédée. »

 Nos missions sont multiples et variées, elles consistent en :

  • Coordonner l’activité de prélèvements d’organes des donneurs potentiels en état de mort encéphalique en lien avec l’Agence de la biomédecine et avec le Réseau Nord Francilien (Public et privé).
  • Recenser et/ou organiser le prélèvement de tous les sujets en état de mort encéphalique sur l’hôpital Robert-Debré et l’hôpital Trousseau, travail de partenariat avec la Fondation Ophtalmologique de Rothschild
  • Gérer les dossiers donneurs
  • Organiser et assurer la coordination des différents acteurs intervenant dans la procédure aboutissant au prélèvement de l’hôpital Robert Debré et de l’hôpital Trousseau.
  • S’assurer de la conformité du diagnostic de mort encéphalique au regard de la réglementation
  • Apporter une expertise aux équipes des services prenant en charge le donneur potentiel
  • S’assurer de la réalisation des examens de sécurité sanitaire et d’évaluation des organes. Constitution du dossier donneur et transmission à l’Agence de la biomédecine et aux équipes de transplantation
    • Contribuer au bon déroulement du prélèvement et notamment au respect de la volonté du défunt, de ses proches et au respect de la restauration tégumentaire.
  • Assurer une partie formation et information sur « qu’est-ce que le don d’organe, quand, comment, pourquoi… » ?
  • Effectuer un travail d’évaluation, de démarche qualité et de recherche.
  • Réalisation d’un Audit 

A quelles problématiques êtes-vous confrontées au quotidien ?

La principale problématique à laquelle nous sommes confrontées est essentiellement la méconnaissance sur le don d’organes d’une partie de la population. Cette méconnaissance peut en effet engendrer un refus. Il est donc primordial de communiquer sur le don, d’informer la population pour l’acceptation du don, qui permet de sauver des vies.

Quelle est la part du relationnel avec les familles des patients ?

Nous sommes en contact avec les familles des patients au moment de la proposition du don. Nous devons accueillir, accompagner et informer les proches de l’enfant décédé sur le don d’organes. Les rencontres avec la famille, se font dans un lieu adapté et calme, nous rencontrons les familles autant de fois qu’ils le souhaitent. Il nous faut aussi recueillir auprès des proches l’autorisation de prélèvements et de la non-opposition du défunt.

Nous accompagnons les proches, tout au long de la démarche de prélèvement, avant le bloc opératoire, pendant et après le bloc opératoire. Nous sommes présents auprès d’eux pour répondre à leurs interrogations. Nous sommes aussi les garants du respect de la volonté du défunt et de ses proches.

Le relationnel est très important dans un moment comme celui-ci aussi, nous sommes disponibles et à l’écoute des parents.

Avec quel(s) service(s) interagissez-vous en particulier ?

Nous interagissons essentiellement avec certains services de l’hôpital (réanimation pédiatrique, bloc opératoire, imagerie médicale, laboratoires d’analyse, chambre mortuaire, admissions, transport internet, direction de l’établissement), mais aussi avec des instances extérieures à l’hôpital (Autorité Judiciaire et de Police, Service de Régulation et d’Appui de l’Agence de la biomédecine), ainsi que d’autres hôpitaux. Nous sommes en relation avec l’hôpital Trousseau et nous avons un partenariat avec la Fondation Ophtalmologique de Rothschild.

Quelques chiffres...

Aujourd’hui, tout le monde peut être donneur quel que soit son âge.

  • + de 90% des greffons proviennent de donneurs décédés.
  • 1 seul donneur permet souvent de greffer plusieurs malades.
  • + de 63 000 personnes vivent grâce à un organe greffé.
  • Près de 6000 greffes par an.
  • Il y a à ce jour, + de 10 000 personnes en attente de greffe.

A l’hôpital Robert-Debré en 2021, nous avons effectué un prélèvement d’organe, qui a permis de réaliser 4 greffes.

Le don d’organe est plus rare en pédiatrie et de ce fait il en est extrêmement précieux.

A retenir

Si nous devions retenir un principe, enfin plutôt 3… ce sont ceux-là – les 3 grands principes selon la loi : le principe du « consentement présumé », la gratuité, l’anonymat.

Tout le monde est libre de s’opposer au « don d’organe et de tissus », dans ce cas il faut s’inscrire sur le registre national des refus ou en informer ses proches.